bandeau principale
Accueil
23-10-2017
  Formation CIMU   Tri 5
Accueil Historique État de l'art Gold standard Formation Triage Formation CIMU Auto-évaluation Documentation Contact Évaluez le site
 
Introduction Tri 1 Tri 2 Tri 3 Tri 4
 

Cas Clinique

H 27, éruption cutanée modérée, avec prurit au niveau du visage et du cou depuis 24 heures.
Observation: pas de dyspnée
Antécédents:
pas d’allergie connue
Constantes Vitales

TA 110/60; FC 80/mn; douleur 0; T 37° C
SatO2 100; FR 16/mn

Le processus cognitif se d éroule en cinq étapes.

Etape 1. Le résumé de la situation par l’infirmier(e) permet d’isoler un déterminant clinique peu inquiétant : affection cutanée limitée. Ce déterminant oriente vers un tri 5.

Etape 2. La prise de constantes chez ce patient, révèle des paramètres vitaux normaux, sans valeur d’orientation.

Etape 3. La combinaison des informations fournies par les deux étapes précédentes impose un tri 5.

Etape 4. L’indication d’une étoile ne se discute pas pour un tri 5

Etape 5. Pour un tri 5, l’infirmier(e) de triage doit organiser l’installation du patient dans les 240 mn en vue d’une intervention médicale. L’action envisagée est limitée à une consultation médicale sans acte diagnostique ou thérapeutique. La probabilité d’hospitalisation est très faible.

 Vous avez retenu :
le tri 5
» Correspond à une atteinte fonctionnelle ou lésionnelle évidente justifiant l’utilisation d’une ressource hospitalière.  

» Pose peu de problèmes d’authentification si l’interrogatoire et/ou l’inspection ne détectent pas les signes de complexité/gravité ou si la réalisation et/ou l’interprétation des constantes vitales sont erronées. 

» Impose une intervention médicale limitée dans les 240 mn.  

» Justifie une action limitée à une consultation médicale sans acte.

 

 

Rationnel du tri 5 la CIMU : en savoir +

    « Précédent
bas de page

Site optimisé pour navigateurs récents (Internet Explorer, Firefox, Safari, Opera)

Plan du site|Contacts|Contributions|Informations légales|Droit d'auteur: triage-urgence.com© 2011|Dr Pierre Taboulet